LA GRAVELLINE DANS LA PRESSE

La réputation de La Gravelline n’est plus à faire ! Revue de presse des articles lui étant consacrés :

article 1
FÉVRIER 2016

L’Aubier de tilleul, la plante qui soulage le foie – NOTRE TEMPS

L’aubier recèle des propriétés dépuratives qui sauront soulager votre foie, pour lutter contre un foie paresseux, une insuffisance hépatique, les calculs biliaires, ou encore les ballonnements.

Lire la suite

JANVIER 2015

Le vrai nettoyage du foie, des reins et de la vésicule biliaire – ACTEUR NATURE

Le produit qui fait des miracles, tant pour le foie que pour la vésicule biliaire, a quelques cent ans d’âge. Des dizaines de milliers de personnes, dont Jean Cocteau, ont témoigné des bienfaits de son utilisation. Il a guéri de multiples personnes atteintes tant de calculs biliaires que de calculs urinaires invalidants, sans aucuns effets secondaires.

Lire la suite

article 2
article 1
JUILLET 2014

L’Aubier de tilleul, « dissolvant » des calculs rénaux – PLANTES ET SANTÉ

Ce n’est qu’en 1916 que, par hasard, un instituteur à la retraite, François Domenach a, le premier, l’idée de soigner sa « gravelle » (lithiase urinaire) en préparant des infusions d’écorce de tilleul sauvage. Jusqu’ici, l’utilisation de cet arbre à des fins médicinales s’était limitée à l’emploi de ses bractées Sully, célèbre ministre des Finances d’Henri IV, avait même ordonné de planter un tilleul dans chaque village et d’en conserver les fleurs pour les hôpitaux.
Sans le savoir, l’instituteur du Roussillon venait de découvrir que l’aubier de tilleul (il se situe sous l’écorce et est encore appellé la partie vivante de l’arbre puisque c’est dans cette partie tendre que transite la sève) est un des plus puissants draineurs de l’organisme.

Lire la suite

AVRIL 2014

L’Aubier de tilleul. Pour dissoudre les calculs – REBELLE SANTÉ

Cette deuxième écorce de l’arbre est un véritable trésor pour celles et ceux dont l’organisme a tendance à fabriquer des petits calculs… dans la vessie, dans la vésicule…
L‘aubier de tilleul sauvage dont il est question ici est connu pour ses effets utiles en cas de rhumatismes, de cellulite, mais aussi de calculs biliaires et rénaux.

Lire la suite

article 1
article 1
MARS 2014

Du Spafon en pleine nature, c’est l’aubier de tilleul ! – ALTERNATIVE SANTÉ

Ce vieux remède est préparé depuis toujours dans certaines provinces… Un truc de carte postale jaunie où des femmes en robes noires accompagnent une charrette remplie de bois tirée par une mule. Ce remède dissout la pierre et les cristaux que nous avons en nous. C’est l’aubier de tilleul dont le principe actif majeur est le même que celui du Spasfon Quand on sort de l’hiver, on se retrouve en général avec un organisme aussi sale que les écuries d’Augias qu’Hercule avait pour « travail » de nettoyer. Même en consommant des produits sains, en vivant au grand air et en faisant régulièrement du sport, on n’échappe pas à cette règle, l’hiver favorise l’accumulation de dépôts acides et de déchets métaboliques. Alors, quand on vit en ville et qu’on ne se préoccupe pas de son alimentation ni de sa forme physique, vous imaginez…

Lire la suite

JANVIER 2010

L’aubier de tilleul du Roussillon – SANTÉ NATURE

L’arbre qui nous intéresse aujourd’hui c’est le TILIA SYLVESTRIS, une espèce de Tilleul qui ne pousse que dans le Sud de la France et plus exactement dans le Roussillon où il a acquis ses lettres de noblesse et sa renommée.
C’est un grand arbre, entre 10 et 30m de hauteur, de longévité exceptionnelle, de plusieurs siècles, un peu comme le Chêne, et il pousse à l’état sauvage dans les bois et les forêts tempérées et jusqu’à une hauteur de 1800m d’altitude.
Pour avoir des propriétés intéressantes l’arbre doit avoir 25 ans d’âge au moins, et avoir poussé à une altitude variant entre 900 et 1100m, et le terrain est également très important, et c’est ainsi que l’aubier de tilleul du Roussillon présentent tout à fait ces caractéristiques. Ce que l’on utilise pour l’aubier, c’est la partie du tronc, ou des branches, qui se situe entre le bois dur et l’écorce, en fait une sous couche de l’écorce, mais celle-là est encore vivante.

Lire la suite

article 1